Cécile Doo-Kingué, la reine de la guitare électrique

Cécile Doo-Kingué, la reine de la guitare électriquePlusieurs spécialistes de la musique la considèrent comme une des meilleures guitaristes au Canada. Elle joue principalement le blues tout en mélangeant avec les sons afro, soul, R&B et pop. Elle manie la guitare électrique à merveille ; c’est l’école de Jimmy Hendrix, BB King et autres. Née à New York, Cécile est l’héritière d’une culture africaine qu’elle compte perpétuer. « Je suis une new yorkaise de naissance mais mes racines sont en Afrique. L’Afrique est dans mon sang et cela ne peut disparaître », nous a-t-elle confié.

Sous l’impulsion d’un grand frère et la découverte du blues, voilà comment Cécile Doo-Kingué est devenue aujourd’hui la reine de la guitare électrique. Elle fait actuellement une tournée pancanadienne, d’est en ouest et continue de s’affirmer dans sa musique.

De passage à Calgary, Afrikamerik l’a rencontré au bar Mikey’s joint & eatery. En toute simplicité, elle a répondu à nos questions…

Afrikamerik (AF): Bonjour Cécile. Plusieurs spécialistes de la musique vous considèrent comme une des meilleures guitaristes au Canada. Comment avez-vous commencé la musique ?

Cécile Doo – Kingué (CDK): J’ai commencé la musique quand j’étais toute petite. Les instruments de musique m’attiraient toujours, que ce soit un piano, un instrument de percussion, une guitare ou une flûte. Dès que j’entendais un son qui m’intéressait, je faisais toujours de mon mieux pour le jouer.

AF: Quand vous jouez de la guitare électrique, on entend les références des célèbres guitaristes tels que Jimmy Hendrix, BB King ou encore Santana. Qui vous inspire, qui nourrit vos rêves d’artistes?

CDK: J’ai toujours écouté et adoré tout ce monde que vous venez de citer mais c’est sûr et certain que mon frère aîné Jean Christophe est un modèle pour moi. Il m’inspire beaucoup et c’est d’ailleurs lui qui m’a donné ma première guitare. Je voulais toujours jouer comme lui quand j’apprenais mes premières notes. Quand il m’a branché sur le blues, c’était comme un départ pour moi. J’ai aimé cette musique et j’y suis restée jusqu’aujourd’hui.

Cécile Doo-Kingué, Afrikamerik 2011AF: Décrivez-nous la progression de votre carrière?

CDK: C’est Graham Chamber qui le premier, m’a embauché pour faire partie de son groupe de blues à Montréal. A travers lui, j’ai rencontré beaucoup de gens et divers groupes de funk, R & B et de blues. Cela m’a permis de faire des rencontres intéressantes comme par exemple avec le ‘‘Jubilation choir’’, ‘‘Aliens’’ et tant d’autres.

AF: Vous êtes née à New York. En tant qu’enfant de diplomate, vous avez eu la chance de voyager un peu partout dans le monde. Vous avez vécu aux Etats-Unis et même en France. Pourquoi avoir choisi Montréal pour y vivre?

CDK: C’est vrai que je suis new yorkaise de naissance. Quand je cherchais un endroit où aller pour continuer mes études, beaucoup de gens de mon entourage m’ont conseillé d’aller à Montréal car les études y coûtent moins chers par rapport à New York. Montréal est une ville bilingue, multiculturelle et on a la chance d’y trouver tout ce qui est américain, européen et même africain. Pour moi, Montréal représentait donc le paysage dans lequel j’ai grandi, ce qui a attiré mon attention. Je suis directement tombée amoureuse de cette métropole dès mon arrivée.

AF: Les artistes ont beaucoup d’imagination et ils sont inspirés par des choses que les autres personnes ne perçoivent pas souvent. Que c’est ce qui vous inspire le plus en tant qu’artiste?

CDK: Je suis inspirée par la vie et par tout ce qui l’entoure. Mon vécu quotidien et celui des autres m’inspirent beaucoup. Que ce soient les événements du passé ou tout ce qui se passe actuellement dans le monde ou même localement ; ce sont toutes mes sources d’inspiration.

Cécile Doo-Kingué et les membres de son groupeAF: Vous avez essentiellement vécu en Amérique depuis votre enfance. C'est vrai aussi que vous avez visité un seul pays en Afrique, le Cameroun, parce que c’est le pays d’origine de vos parents. Selon vous, quel est l’héritage que vous conservez de l’Afrique?

CDK: Mes racines sont en Afrique. L’Afrique est dans mon sang et cela ne disparaîtra jamais. L’héritage dont vous me parlez se retrouve dans ma musique : que ce soit dans le blues ou le bikutsi (ndlr : le bikutsi est une danse traditionnelle du Cameroun) que je joue tous les jours. Cet héritage est dans mes rythmes et même dans les choix de mes couleurs. Le blues que je joue tire son origine de la musique africaine. J’ai toujours eu un rêve : celui de retourner en Afrique pour faire des tournées, découvrir le continent car à ce jour, je n’ai visité que le Cameroun. Je voudrais visiter l’Afrique pour pouvoir me ressourcer aussi. C’est important pour moi.

AF: Combien de langues parlez-vous?

CDK: Je suis née avec l’anglais. Je parle français et je parle un peu l’espagnol mais malheureusement, je ne parle pas encore bien le Douala. Je dérange beaucoup ma mère à ce sujet car je tiens aussi à apprendre cette langue. Je lui pose beaucoup des questions, par exemple comment dire telle chose en Douala ? Elle rit de moi parfois car ma prononciation n’est pas encore bonne mais elle m’encourage aussi, c’est qui est tout à fait positif. J’essaye tous les jours et je crois que je vais y arriver. J’ai un peu de retard et je compte me rattraper en tout cas (rires).

AF: Avez-vous des projets en cours de réalisation?

CDK: C’est depuis plus de 15 ans que j’accompagne les autres artistes, je viens de m’affirmer depuis 2010 en tant qu’artiste solo par la sortie de mon premier CD qui s’appelle ‘‘Freedom Calling’’. C’est un album de 12 titres fait essentiellement de Blues, mélangé aux saveurs soul et afro folk. L’année prochaine si tout va bien, je sortirai un CD en français.

Cécile Doo-Kingué AF: Avez-vous un message pour les lecteurs de notre site?

CDK: Il faut continuer à poursuivre vos rêves, ne pas vous faire distraire par les obstacles que vous pouvez rencontrer dans la vie. Peu importe ce que vous voulez faire dans la vie, ça vaut la peine d’être heureux et d’aimer ce que l’on fait. Merci beaucoup Didier pour cette entrevue. Soul’s what you put in!

AF: Afrikamerik vous remercie et vous souhaite une bonne tournée au Canada! Nous serons heureux de vous retrouver une autre fois en Alberta.

Quelques liens sur l’artiste:

http://www.cdkmusik.com/bio_fr.html

http://www.youtube.com/watch?v=GAo-QO2_YNY

http://www.youtube.com/watch?v=VmKfMbAaSuM

http://www.youtube.com/watch?v=9zwby4-xU0s

 

Didier Gangoma

© Tous droits réservés, 2011

Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien