Ibrahima Diallo, un artiste de Calgary

Ibrahima DialloIbrahima Diallo est un artiste guinéen qui habite la ville de Calgary, en Alberta. Il se produit avec son groupe "Batafon", quand il joue la musique traditionnelle guinéenne. Il se produit aussi avec Mosaïx, le groupe multicultrel du franco-albertain Etienne Grangé-Praderas. Ibrahima nous a confié que la musique représente beaucoup pour lui: sa vie, son inspiration, sa joie de vivre, ses peines, bref tout tourne autour de la musique. D'une manière spontanée, l'artiste a accepté de répondre à nos questions...

Bonjour Ibrahima. Quel genre de musique jouez-vous?'

Je joue de la musique traditionnelle guinéenne. Je fais le chant, la percussion et la danse.

Avez vous le sentiment que le public d'ici soutient votre carrière?

Oui, que ce soit ici à Calgary ou ailleurs au Canada, les gens dansent aux sons de cette musique.

Quels sont les instruments que vous jouez généralement?

Je joue du djembé, du gongoma, du doum doum qui est la basse du djembé , le chekeré qui ressemble à une maracas mais dont les graines se retrouvent à l'extérieur. Je joue beaucoup d'instruments.

La musique chez vous semble être une affaire familiale. N'avez vous pas un frère qui est aussi musicien?

Oui, la musique représente beaucoup pour moi: mon inspiration, ma vie, ma joie de vivre, mes peines et mon bonheur, tout tourne autour de la musique et je ne peux m'en empêcher. Moi et mes deux frères avons tous grandi dans un environnement musical. Alpha Yaya Diallo qui est bien connu dans le domaine musical canadien et international est mon frère aîné.

Amadou et son père, Ibrahima Diallo.

On dit souvent que la musique adoucit les mœurs. Mais pourquoi la musique ne rend pas les choses plus faciles en Afrique? Les armes crépitent partout depuis plusieurs années et tuent les innocents?

Il y a beaucoup de musiciens guinéens qui mettent leurs voix et tout leurs savoir-faire à profit pour le bonheur des peuples africains. Une artiste comme Aminata Kamissoko par exemple, livre à tout moment des messages de non-violence dans ses chansons. Beaucoup de musiciens africains chantent et condamnent les guerres ainsi que toutes les atrocités qui se passent en Afrique. Regardez par exemple ce qui s'est passé et se passe encore au Congo – Kinshasa, en Sierra Leone, en Côte d'Ivoire, pour ne citer que ces pays là. Ce sont des exemples que j'ai choisis au hasard mais il y a beaucoup de pays africains qui sont dans des situations similaires et même encore plus difficiles. Les artistes ont toujours chanté pour tous ces pays mais je crois que dans cette histoire, chacun de nous doit fait son travail. Les musiciens aident par la voix, par la musique mais les politiciens ont une grande part de responsabilité dans la gestion des pays.

Et vous personnellement, quel genre de message livrez-vous dans vos chansons?

Mes chansons ont des messages positifs. Je chante tout ce qui amène la paix entre les peuples, l'amour du prochain et la joie de vivre. J'exploite aussi d'autres thèmes de tous les jours, les expériences de la vie.

Pensez-vous que la musique peut changer quelque chose en Afrique?

Oui, certainement. La musique est bon moyen pour transmettre les messages aux masses. Il faut savoir que les artistes sont considérés comme des leaders d'opinion. Même si cela ne se remarque pas directement, les artistes jouent un grand rôle en Afrique et font une différence.

Le public de Calgary vous connaît très bien mais avez vous eu la chance de se produire ailleurs au Canada ou aux états Unis par exemple?

Je me produis principalement à Calgary, mais j'accompagne aussi de temps en temps mon frère Alpha Yaya Diallo à l'extérieur de la province de l'Alberta, même si c'est tout simplement pour le plaisir. A part mon propre groupe qui se nomme Batafon, je me produis aussi avec le groupe Mosaïx d'Etienne Grangé-Praderas. Mosaïx est un groupe multiculturel qui est composé d'artistes européens, américains, etc... C'est une musique totalement différente de ce que je fais avec mon groupe. J'apporte ma part dans Mosaïx en insérant une touche africaine dans la musique.

Ibrahima Diallo et le groupe Mosaïx.

Comment nos lecteurs peuvent'ils communiquer avec vous?

On peut me trouver sur Facebook et sur Myspace. Je travaille en ce moment sur mon site internet.

Avez vous un message particulier pour les lecteurs avant de terminer cette entrevue?

J'apprécie énormément l'appui du site Afrikamérik pour les arts et cultures des communautés africaines francophones en Amérique. Je ne peux que vous encourager à continuer. J'apprécie aussi que vous m'ayez approché pour cette entrevue; c'était vraiment d'une manière spontanée et naturelle. J'en profite finalement de votre site pour saluer tous mes fans en Afrique, ici en Amérique et ceux qui me reconnaîtront à travers cette entrevue.

Pour joindre l'artiste:http://www.myspace.com/batafon

Article réalisé par Didier Gangoma

© 2011, Tous droits réservés.

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien