Patchostars: je fais du hip hop positif

Patchostars, l'étoile montante du hip hop canadienJe crois que les artistes qui prônent la violence dans le hip hop l'ont peut être vécue. Moi par contre, je chante mes expériences qui n'ont rien à voir avec la violence. Je fais du hip hop positif. J'aborde des thèmes qui poussent les gens à réfléchir, des thèmes qui parlent par exemple de la famille, de l'amour, de la paix, du respect mutuel, de l'injustice et de la condition féminine dans le monde...

Le français est ma langue et la francophonie est une grande communauté mondiale. D'où je viens et où je vis, tout le monde parle français que ce soit ici au Canada, en Europe et même en Afrique. Je compte d'abord sur ce public pour acheter mon produit.

Ces paroles sont d'un artiste canadien d'origine franco-congolaise. Depuis Ottawa, la capitale fédérale du Canada, Afrikamérik l'a rejoint pour vous. L'artiste musicien Patchstars nous parle du hip hop, une musique qu'il pratique depuis dix ans.

AK (Afrikamérik): Bonjour Patchostars, c'est pour nous un réel plaisir de vous parler aujourd'hui. Que diriez-vous à nos lecteurs si on vous demandait de vous présenter en peu de mots?

PS(Patchostars): Je m'appelle Patchostars. Je suis un artiste canadien d'origine franco-congolaise. Je suis auteur, compositeur et chanteur hip hop. J'évolue dans ce mouvement depuis dix ans. Patchostars est un nom d'artiste mais mon prénom est Patcheli.

AK: Et pourquoi ce surnom de Patchostars?

PS: Oui, ce surnom de "Patchostars" m'a été donné par ma grand-mère parce que j'ai un tempérament calme. "Patchostars" veut dire tout simplement la paix des étoiles. En effet, ce nom me représente très bien car je suis quelqu'un qui cherche son destin et les étoiles représentent pour moi un but à atteindre, ce destin même que je suis entrain de chercher.

AK: Où avez-vous commencé la musique?

PS: Je suis né en France. J'ai grandit respectivement entre la France et la République du Congo (ndlr : Congo Brazzaville). J'ai vécu plusieurs années en France puis au Congo et vis versa avant de venir m'installer définitivement au Canada en l'an 2000. J'ai commencé à écouter le hip hop en Afrique mais c'est en France que j'ai fait mes débuts et ma carrière professionnelle a vraiment commencé au Canada.

AK: Combien d'albums avez-vous déjà sorti sur le marché du disque?

PS: J'ai déjà sorti deux albums. Les deux CD sont sortis au nom du groupe qui s'appelait "7eme voix". Le premier CD s'appelle "La terre de mon père". C'est un album que je qualifie de "street ". Nous n'avions pas de producteurs ni même un distributeur. Nous l'avions sorti nous même et l'avions vendu chez les disquaires hip hop. Le second CD qui s'appelle "Coup d'état" est sorti en 2005. Celui là a connu une bonne promotion et a été distribué dans plusieurs maisons du disque ici au Canada.

AK: Combien d'albums avez-vous vendu en tout?

 

PS: Comme je l'avais dit, le premier album a été un peu difficile, mais le second a été distribué par de grandes maisons de vente des disques reconnues ici au Canada comme le HMV par exemple. Je n'ai pas les chiffres exacts en tête mais les deux albums réunis se sont quand même bien vendus. J'estime la vente à cinq milles copies.

AK: Pourquoi avez-vous adopté le hip hop comme style de musique?

PS : Le hip hop est une musique qui attire tout le monde. Cette musique permet de véhiculer des messages qui ne passent pas inaperçus dans n'importe quelle oreille. Ce sont des messages qui traitent de plusieurs aspects de la vie : des faits divers, des choses qui paraissent tout à fait simples et compliquées à la fois. C'est cet aspect du hip hop qui m'attire le plus.

AK: Certaines personnes associent cette musique à la violence, aux hors la loi mais quel genre de message véhiculez-vous dans vos chansons?

PS: Le hip hop à la base n'était pas une musique de la violence mais plutôt une musique revendicatrice. Arrivé à un certain moment après sa création, ceux qui avaient le pouvoir de faire cette musique l'ont utilisé autrement. Ils s'en sont servis pour prôner la voilence. Je crois que dépendamment des origines des artistes, ceux qui prônent la violence l'ont peut être vécue. Moi par contre, je chante mes expériences qui n'ont rien à voir avec la violence. Je fais du hip hop positif. J'aborde des thèmes qui poussent les gens à réfléchir, des thèmes qui parlent par exemple de la famille, de l'amour, de la paix, du respect mutuel, de l'injustice et de la condition féminine dans le monde. Ce sont ces genres de thèmes que j'affectionne.

AK: Avez-vous des modèles dans votre carrière?

PS: Oui, j'ai des modèles que j'aime bien. J'apprécie beaucoup le groupe français " I AM" :c'est un groupe qui a beaucoup marqué le hip hop en France. J'aime aussi " MC Solaar" et le groupe "Lunatic, Arsenic". J'ai pris le temps d'écouter ces gens et je continue à apprécier leur musique.

AK: Le fait de chanter le hip hop en français limite t-il la vente des vos CD ici en Amérique du Nord?

PS: Je ne pense pas. Le français c'est ma langue et la francophonie est une grande communauté mondiale. D'où je viens et où je vis, tout le monde parle français; que ce soit ici au Canada, en Europe et même en Afrique. Je compte d'abord sur ce public pour acheter mon produit.

AK: Le marché des États-Unis attire tous les artistes et chanter en anglais est une des conditions primordiales pour percer ce marché ? Es ce que cela ne vous tente pas de voir un peu plus grand?

PS: Il m'arrive quand même de chanter de temps en temps en anglais dans le cadre de la diversité mais ma langue principale dans les chansons reste le français et je compte la maintenir. Comme tout artiste, le marché américain m'intéresse mais je préfère d'abord faire un nom dans le milieu où j'évolue, le reste viendra plus tard.

AK: Avez-vous un projet à court terme?

PS: Je suis présentement entrain de travailler sur mon premier album solo qui sortira bientôt. Sauf changement de dernière minute, l'album s'appellera "Suffrages Idoine". Le thème principal développé dans cet album est la diversité. La diversité s'exprime sur le plan musical, des thèmes abordés et la composition même du groupe. La sortie de cet album va relancer mes tournées.

AK: Parlant justement des tournées, en avez-vous déjà fait quelques unes et avez-vous établi un programme des spectacles qui va promouvoir le prochain album?

PS: Quand l'album "Coup d'état" était sorti, le groupe s'est produit à Toronto, à Kingston, dans la ville de Québec et à Montréal. Nous avons fait plusieurs autres villes du Canada y compris la région d'Ottawa – Hull – Gatineau où je vis. Pour le prochain album, nous envisageons de faire beaucoup plus des villes mais le programme reste à établir. Les États unis et la France restent quand même deux cibles à inclure dans mes objectifs.

AK: Une tournée en Afrique est-elle envisageable?

PS : Oui (Rires), j'y pense tout le temps. Il faut dire que le hip hop africain n'est pas mal. Le hip hop africain évolue très bien. Je citerai par exemple, le hip hop ivoirien, tanzanien et congolais que je connais bien. J'écoute tout le temps le hip hop africain et j'aime bien.

AK: Parlez-nous un peu de la composition du groupe. Qui sont les artistes avec qui vous êtes entrain de travailler?

Patchostars: sauf changement de dernière minute, mon album s'appellera "Suffrages Idoine".PS: Je vis présentement dans la région de la capitale fédérale du Canada et je peux vous dire qu'il y a pas mal d'artistes talentueux dans cette région. Je me concentre plus moi-même sur l'écriture des textes et de la composition des mes chansons, c'est pour cela que J'ai fait appel à toute une équipe qui travaille autour de moi. Mon producteur s'appelle " Quest" , c'est un gars que je connais bien depuis cinq ans. Sur le plan instrumental, j'ai fait appel au groupe "B.O.D.B" : c'est un groupe très fort avec qui je trouve beaucoup de plaisir à travailler. Du coté chant, j'ai fait appel à d'autres artistes comme Sans Pression qui est bien connu ici au Canada, des rappeurs comme "Taktika" et d'autres africains. Les choix de ces personnes ont été faits pour montrer la diversité dans mon album. Chacun d'eux va apporter une sensibilité particulière à la réalisation de ce produit. La maison de distribution principale est "ACM". D'autres maisons de distributions seront probablement associées plus tard.

AK: C'est le temps de se dire aurevoir. Avez-vous un dernier message pour terminer cette entrevue?

PS : je demande au public d'être attentif au hip hop, de prendre le temps d'écouter cette musique et de ne pas se fier aux préjugés. La violence n'as pas sa place dans la musique. Je travaille très fort en ce moment pour la réalisation de mon premier CD solo.

J'ai eu aussi le temps de visiter votre site et il faut reconnaitre que vous faites un grand travail pour les artistes africains francophones vivant en Amérique du Nord. C'est un plaisir pour moi de paraitre dans votre site. Ceux qui veulent me contacter peuvent m'écrire à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. .

Pour plus d'information sur l'artiste, voici trois extraits vidéos:

http://www.tagtele.com/profil/Patchostars

Article réalisé par Didier Gangoma

© Tous droits réservés, 2010

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien