AFRIKADEY 2011, le symposium sur le changement en Afrique

En collaboration avec Calgary Public Library, le Afrikadey! Festival a organisé le vendredi 12 août 2011 un symposium sur l'Afrique dont le titre était "Changing Africa: my role". L'entrée était gratuite et ne nécessitait qu'un simple déplacement au Main floor 616, Macleod Trail S.E. où est situé le Calgary Public Library. Plusieurs personnalités et artistes programmés pendant la semaine du festival étaient présents. Il s'agit de: Mikiyas & Sherri Atton, James Nguen, Ara Queen of Drums, Angélique Kidjo et Nomfusi.

Le symposium a commencé par un mot d'introduction du Directeur artistique Tundé Dawolu qui a parlé brièvement des vingt années du festival et tout le chemin parcouru. Il a remercié le Calgary Public Library pour son partenariat et a ensuite introduit les intervenants et le modérateur du jour. C'est le poète et artiste musicien nigérian, Malcom Money qui a été le modérateur du symposium. Malgré quelques petites ratées techniques, Malcom est arrivé brillamment à introduire les orateurs de ce symposium et expliquer les attentes du jour.

La première personne à prendre la parole était Sherri Hatton de l'Alberta. Elle a grandit avec un rêve, celui d'aller en Afrique pour adopter un enfant. Sa satisfaction a été comblée il y quelques années quand elle est parvenue a adopté son fils de l'Éthiopie. Son fils Mikiyas, âgé de 6 ans aujourd'hui est entrain de changer la vie des autres enfants en Afrique.Depuis l'âge de 4 ans, cet enfant est à l'origine d'un projet: récolter les fonds qui ont pour but d'amener de l'eau potable dans les villages en Éthiopie. A ce jour et grâce à cet enfant, bien que la famille a déjà amasser un bon montant d'argent; l'objectif visé est d'atteindre un montant de $25.000. Cet argent est versé à l'organisme Hope international qui se chargera du projet. La famille se prépare à descendre en Afrique en hiver prochain pour vivre la concrétisation du travail réalisé.

James Nguen est un jeune du Sud Soudan qui, à cause de la guerre a fui son pays à l'âge de 7 ans. Il y est rentré à l'âge de 27 ans. Il a donc vécu pendant 20 ans sans avoir les nouvelles de sa famille. C'est une histoire poignante et pleine de tristesse. Aujourd'hui James Nguen est un étudiant à l'université de Calgary et est à la tête d'une organisation appelé "Lost Boys and Girls of Sudan Association Of Calgary". Un film documentaire "The long journey Home of James Nguen" a été réalisé en son honneur avec l'aide du journaliste Kevin Green de CTV. James raconte son long périple à partir de Soudan, en passant par le Kenya jusqu'au Canada. La vente de ce dvd sert aujourd'hui au financement de la construction des écoles et l'adduction d'eau potable au Sud Soudan. Pour lui, le développement de l'Afrique passe par plusieurs pistes des solutions dont l'encadrement de la jeunesse et la prise de conscience des africains.

Pour Ara, Queen of drums: Bien que la plupart des traditions africaines possèdent des points positifs, malheureusement elles relèguent la femme en seconde position. Le cas de son pays le Nigeria n'est pas a écarté. Sans vouloir vexer qui que ce soit dans la salle, elle a estimé que les hommes en Afrique en abusent beaucoup. Dans la plupart des sociétés africaines, dès qu'une femme cherche a élevé la voix contre une injustice dont elle est victime, elle est souvent banni sous prétexte des traditions. Il est temps d'écouter la femme africaine. L'Afrique doit donner un peu plus de voix à la femme.

Angélique Kidjo est une figure de la musique africaine à ne plus présenter. Récipiendaire du prix Grammy 2008, elle est incontestablement la Diva de la musique afrique. Pour elle, le changement et le développement de l'Afrique passe par l'éducation et la santé. Il faut donner aux jeunes filles les mêmes chances de scolarité que l'on donne aux jeunes garçons. Elle a évoqué l'expérience personnelle de sa famille. Son père et sa mère sont des modèles à ses yeux. Ils ont contribué activement à l'épanouissement des ses frères et sœurs par l'éducation et cela sans exception. Elle a aussi évoqué son expérience personnelle avec l'Unicef, ses rencontres avec les hommes et les femmes dans les camps des refugiés en Afrique et sans oublier ses actions diverses comme la construction des écoles pour appuyer l'éducation des jeunes en Afrique. Angélique Kidjo a été applaudit plusieurs fois pour son dynamisme, son langage franc et direct.

La salle était silencieuse quand Nonfusi a pris le micro. Elle a tout d'un coup entonnée une chanson, une manière d'exprimer ses émotions a-t-elle dit. Nonfusi est une artiste sud- africaine. Elle a perdu sa mère quand elle était très jeune. La chanson l'a beaucoup aidé à passer à travers des situations difficiles. Le changement de l'Afrique passe par le changement des mentalités. La femme doit avoir sa place et un mot à dire dans la société africaine. Malgré quelques avancements sur ce plan, il reste encore beaucoup à faire.

SHAD, prix juno 2011 a intervenue sur un écran dans un message préenregistré. Il a répondu à un certain nombre des questions spécifiques liées à la jeuneuse africaine. Ce symposium a permis au public de comprendre certains problèmes qui bloquent le développement de l'Afrique. Beaucoup des choses ont été dites : l'intervention des pays occidentaux en Afrique, les responsabilités des gouvernements africains faces aux guerres, aux problèmes de pauvreté et de famine, etc.…

A la fin du symposium, le public a en profité pour poser quelques questions et avoir des séances des photos avec les artistes. Il faut dire que les artistes et toutes les autres personnalités invites à ce symposium ont réussi à faire passer le message. Les artistes africains ne font pas que chanter mais ils éduquent les populations et sensibilisent aussi le monde entier sur les problèmes qui bloquent le changement du continent. Cet article inaugure une série d'entrevue que nous avons réalisée avec plusieurs artistes de passage au festival Afrikadey 2011. Revenez nous voir !

Article réalisé par Didier Gangoma@ Tous droits réservés 2011

 

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien