Fodé Bangoura & Iris Lindsay: le destin de deux danseurs au rythme du djembé…

Iris Lindsay & Fodé Bangoura jouant le djembéIl faut dire que leurs destins se sont croisés autour de la musique et la danse africaine. Originaire de l'Afrique de l'ouest, Fodé Bangoura est un artiste talentueux qui est excellent dans la percussion et la danse. Il a travaillé avec plusieurs groupes folkloriques de la Guinée dont le célèbre ballet national Djoliba.Iris est une canadienne née au Québec. Elle a acquise sa formation au Canada, aux États unis et auprès des maîtres danseurs africains lors de ses nombreux voyages en Afrique de l'Ouest. Iris et Fodé enseignent depuis plusieurs années la danse africaine et la percussion aux pas du djembé. On les retrouvent régulièrement à l'Université Laval, au Cegep de Sainte-Foy, aux loisirs du faubourg ainsi qu'au Patro Rock Amadour. Tous deux ont créé le « Djembéquébec »: une entreprise culturelle qui a pour but de promouvoir la connaissance de la musique africaine et la danse de l'Afrique de l'ouest. Afrikamerik les a rejoint dans la ville de Québec.

Iris Lindsay & Fodé Bangoura - Cours de danseAfrikamerik (AK): Bonjour Iris et Fodé, parlez-nous brièvement de votre parcours?

Iris & Fodé (I & F): Bonjour Didier. Fodé est né à Conakry en 1974, il a évolué en tant que danseur et percussionniste au sein de plusieurs troupes folkloriques de la Capitale de la Guinée, dont le ballet national Djoliba et le ballet G'bassikolo. Iris est une artiste du Québec qui étudie la danse et la musique de l'Afrique de l'Ouest depuis une douzaine d'années auprès de ses enseignants africains.

AK: Comment Iris et Fodé se sont-ils rencontrés?

I & F: Nous nous sommes connus dans un cours de danse africaine à Québec. Il était le percussionniste et moi la danseuse et nos destins se sont croisés!

AK: Et l'idée de créer une école de danse africaine?

I & F: Cette idée est née il y a déjà 5 ans. Nous avons décidé d'enseigner la danse et le djembé ici au Québec.

AK: Nous savons que l'Afrique est un grand continent et surtout qu'elle a une culture très variée. Quelle genre de danse africaine apprend t-on ici?

I & F: Il s'agit de la danse traditionnelle de la Guinée et des environs, particulièrement des ethnies Soussou, Peul et Malinké. Cette danse s'effectue au son du tambour djembé.

Iris LindsayAK: Je ne sais pas s'il y a des africains qui participent à vos cours? Quelle est la composition de votre clientèle en général?

I & F: Surtout des femmes, des québécoises et des immigrantes de différents horizons. Les africaines sont plutôt rares!

AK: Qu'est-ce qui attire toutes ces personnes à apprendre les danses africaines?

I & F: La plupart veulent se divertir et s'entraîner. N'oublier pas que la danse de la Guinée est très aérobique. Certaines personnes viennent apprendre la percussion, car nous enseignons la danse et la percussion.

AK: Quels sont les défis que vous rencontrez?

I & F: Ce métier demande de la patience. Il faut beaucoup encourager les élèves pendant l'apprentissage. Il faut parfois leur donner le sens du rythme. Nous trouvons aussi difficile de trouver des locaux pour donner nos cours car notre activité est plutôt bruyante. Nous donnons des cours à divers endroits dans la cité, mais nous ne possédons pas notre propre local.

Fodé BangouraAK: Est-ce que vous vous produisez parfois en spectacle?

I & F: Bien sûr, notre dernier spectacle qui a eu lieu le 14 novembre 2009 fut un succès. Il est possible de visionner quelques extraits sur youtube sous le titre « carpedjembe », une amie nous a posté ces vidéos. Le groupe s'appelle « es Batteurs Atomiques ».

AK: Vos meilleurs souvenirs et vos projets à venir?…

I & F: Nos projets: Nous partons en Afrique du 15 décembre 2009 au 15 janvier 2010 avec des élèves québécois et français. Nous allons étudier la danse et la percussion africaine au Sénégal.

Nous voulons organiser dans les jours qui viennent un festival de danse et de percussion africaine comme on en trouve aux États-Unis. J'ai participé moi même aux festivals, tels que Camp Faréta en Californie, Jeh Kulu Drum and dance Festival au Vermont, Won na won Malan à Chicago qui sont tout à fait fantastiques. Ce sont en fait parmi mes meilleurs souvenirs que je voudrais transformer en projet ici au Canada.

AK: A part la danse, qu'est-ce que vous offrez de plus?

I & F: Djembé Québec offre tout un éventail des services reliés aux percussions africaines. Vous pouvez vous procurer les meilleurs djembé, de qualité professionnelle, sculptés dans nos ateliers à Conakry. Nous sommes aussi disponibles pour les petits et grands événements.

AK: Avez-vous autre chose à dire avant de clôturer cette entrevue?I&F: Merci de faire connaître la culture africaine au Canada et longue vie à Afrikamerik. Qui sait, ieut être irons nous un jour vous rencontrer en Alberta, nous aimons bien voyager. Pour ceux qui veulent nous joindre, nos coordonnées et notre programme sont repris dans notre site web www.djembequebec.com

AF: Afrikmérik vous remercie pour votre disponibilité et surtout vous souhaite un bon voyage lors de votre prochain déplacement en Afrique.

Une entrevue réalisée par Didier Gangoma
© Tous droits réservés, 2009

Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien